attention, ce reportage n'est pas un reportage sur le cyclimse

Écrit par Baldarian le .

Jeudi, après avoir répondu par hasard à un mail promotionnel émis par un prof d'un département voisin,   j'ai désespérément essayé de trouver quelqu'un pour m'accompagner à un "blitz de rue", histoire, si par hasard je me retrouvais tout seul, de ne pas avoir d'excuse pour faire la danseuse après un désistement veule de dernière minute...Jacques et Paulo répondent favorablement jusqu'à ce que Jacques se souvienne une demi-heure avant le départ que son grand-oncle s'est fait une grave entorse de la cheville...la semaine dernière !

La seule information codée de l'organisateur, je l'ai décodé grâce à un cryptogramme arraché à un jéciste jihadiste devant le mur des lamentations à Jérusalem, il disait : "Le blitz de rue commence à 13h30. Pensez à arriver dès 13 heures demain car la route est fermée ensuite, car il y a une course de vélo dans le village."...

Le décor était planté ! Je me vois encore expliquer à mon garde du corps que c'était une sale après-midi qui nous attendait :
des sarthois avinés et de la pédale qui plus est comme hôtes, des jeux brûlants et aveuglants avec des tapis en vinyle constamment renversés par le vent, une buvette à trois kilomètres écrasée par le soleil, des timbales avec "DANONE" écrit dessus et un liquide jaune et tiède pour seule boisson...L'enfer semblait une oasis de fraicheur au milieu de ce cloaque annoncé !

Je me suis retourné tout penaud vers la victime que j'avais entraîné dans mon erreur, il pleurait éprouvant déjà les souffances promises : "...et en plus, ce n'est pas dans le département de ma première communion..."

C'est alors que mon talent rassurant de persuasion a agi : " SI TU REFUSES, JE NE SIGNE PAS TA MUTATION ET TU RESTERAS LICENCIE A PERNAY UNE SAISON SUPPLEMENTAIRE ! "

Sans doute dopé par ces paroles réconfortantes, j'ai foncé à Pringé, 72800, et ce petit effronté a gagné (à part deux nulles) toutes ses parties, la coupe et quarante euros, soit la moitié du total des inscriptions !

Mais qu'ai-je fait au ciel pour mériter un affront pareil ! Alors voilà, je suis gentil avec lui, je vais le chercher dans Tours, je lui fais traverser tout le département et la moitié du suivant, je l'emmène rencontrer des gens charmants qui ne pensaient qu'à soigner leur accueil et lui faire passer un bon moment, et en guise de remerciements, ce voyou ne pense qu'à les écraser pour leur arracher le trophée qu'ils ont eu tant de peine à façonner au bout de leurs petites mains endolories et écorchées...il a fallu que je me confonde en excuses auprès de l'arbitre-organisateur qui avait les larmes aux yeux, et pour le consoler, je lui ai promis que la mutation de ce desperado au club de Tours était en suspens, ça lui apprendra !

De retour à Rouziers, Paulo saute partout fier de sa prestation, et au moment de le ramener à Tours, alors qu'il a oublié la coupe dans un coin du salon, Odile ouvre enfin la bouche pour lui asséner : "Paul, tu ranges tes affaires !"

DSCN4952
DSCN4960
DSCN4973