La Membrolle - Pernay: Le retour

Written by Michel on .

Alors voualà, comme nous avons perdu Julien et Luc victimes du même virus (?), ne restaient pour défendre le club que...Lio, Philou, René et moi !

René a trouvé Estèphe De Lussac indigeste, mais quelle jouissance aux trois derniers échiquiers : cette cinquième ronde voit Lio attaquer le boucher (...ben ouais, c'est le métier d'Eric, ma première victime l'an dernier en compétition) qui fait durer...

Arthur, 9 ans, tient une solide attaque sur mon petit roque, (moment que je choisis pour enlever mon chandail et montrer ma chemise hawaïenne) et... tombe en panne...punition : mat en 24 coups (je sais, c'est mal).

Philou me rejoint quelques secondes plus tard ! René n'arrive pas à déclouer son cavalier et implose...Lio patine avec les noirs sur la forteresse d'Eric...

Bon, je prends un petit air de Nationale IV (Didier, Stan et ses sbires, après UNE partie longue chacun, gagneront leur match contre Châteauroux après notre retour à la maison), je serre des mains comme tous les présidents et je ne vais faire pipi qu'après (avant j'allais faire pipi avant de serrer des mains, mais maintenant queje suis président... Je gère mieux les relations publiques)!

Je profite d'un morceau des gâteaux apportés par madame De Lussac, comme toujours...et je reviens voir le travail de Lio ! Malgré le cavalier de Yo en poste avancé, le boucher charcute la position... Lio mate beaucoup plus tard à 16h14...7 minutes avant le début de la sixième ronde !

Sixième ronde, la vessie de Lio est pleine, il se tortille déjà sur sa chaise : en effet, il a préféré s'en griller une plutôt que de se soulager (au vu de l'heure, il n'avait pas le temps pour les deux)...René souffre déjà avec un fou blanc planté dans son camp, Philou torture son CM1, et...je n'ai même pas eu le temps d'enlever mon chandail : mat en douze coups ! Du coup, le match La Membrolle-Châteauroux devient un spectacle passionnant...une heure, deux parts de flan (le flanc, c'est pour les carnivores) et trois pipis plus tard, je croise Philou gagnant qui me dit : "Lio, il est mal !" Je cours, et je trouve les noirs avec trois pions de plus !! Je retourne voir Philou pour lui demander une explication..."Oui, il a trois pions de plus, mais il est en retard au temps..." Recourse, et la pendule affiche neuf minutes aux blancs et cinq et demie aux noirs...Après nos séances de blitz, je me dis que Lio est imbattable...sauf que...

Sauf que la position a sensiblement changé : la tour blanche soutient un pion inarrêtable ! De plus, les membres du club rangent les échiquiers, démontent les tables et débarrassent les chaises dans un bruit abrutissant pour les deux stakhanovistes...pratiquement quatre heures de jeu et des conditions affreuses pour la finale. Alors qu'Eric est abandonné par ses galopins d'équipiers, Philou, René et moi soutenons Lio...à quatre contre un, nous ne pouvions pas perdre...à cause du relâchement dû à la promotion du pion, les blancs s'écroulent à deux coups du mat : Eric donne sa Dame et pleure sa mère !!! Lio pisse de joie sur sa chaise et l'exécute ! Nous sommes partis pendant qu'il s'insultait encore...René en rigolait pendant tout le trajet du retour !

Add comment


Security code
Refresh